Un chatbot à votre image ?

Rédigé par Olivier Desbiey

 - 

14 mars 2017


C'est en tout cas la promesse du service Replika, dont l'application iOS vient d'être lancée, qui propose de créer un double numérique capable d'interagir avec votre famille, vos amis et... de vous survivre.

Un scénario qui semble tout droit sorti d'un épisode de Black Mirror (à la manière de Be Right Back, premier épisode de la saison 2) dans lequel une jeune femme qui vient de perdre son ami, le voit renaitre sous la forme d'une intelligence artificielle capable de simuler des conversations reprenant les mimiques du défunt. C'est précisément le projet qu'a initié Eugénia Kuyda fin 2015 après la perte soudaine d'un ami proche, Roman, qu'elle voulait faire revivre numériquement. Elle a ainsi travaillé pendant deux ans avec les équipes de sa startup spécialisée dans l'intelligence artificielle pour créer un chatbot capable de reproduire les traits de personnalité de son ami, sur la base des traces numériques qu'il avait laissées de son vivant au travers de ses textos, tweets ou de son activité sur Facebook. L'objectif étant de reproduire au plus juste les expressions qu'il utiliserait, son vocabulaire, sa tonalité...

I had several long conversations with Roman -- or I should say his bot. (Eugénia Kuyda)

Comme nous l'avons évoqué au travers de plusieurs contributions, nos interactions avec des formes d'intelligence d'articielle posent la question de leur signalement aux humains (doit-on agiter la drapeau rouge de Turing pour être informé lorsque nous échangeons avec un robot ?) et dans le même temps des données nécessaires pour que ces machines puissent fonctionner de manière autonome en apparence.

Ce qui est particulièrement intéressant dans le projet en question est que les traits de personnalité sont en partie reconstitués et/ou inférés à partir de traces numériques, dont l'auteur ne pouvait probablement pas anticiper ces utilisations futures au moment où il les laissait. Cette problématique fait finalement écho au sort des données personnelles après la mort : depuis la loi pour une République numérique, l'article 40-1 de la loi Informatique et Libertés permet aux personnes de donner des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de leurs données après leur décès.

Texte reference

Lire l'article sur cnn.com


Olivier Desbiez
Article rédigé par Olivier Desbiey, Chargé des études prospectives